Jean Colloch

28 mars 2017

LECLERC LANESTER 2017 - Fanch "le Renard" signe ses derniers romans

telegrame

Posté par Jean Colloch à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 mars 2017

Little Léon

16707550_2406950179444098_4637796836083956466_o

17362790_2429469237192192_7470294513706438960_n

Vendu par Librairie jeunesse Plume & Fabulettes

On a beau être un flic dur à cuire...

On a beau se frotter avec les pires truands...

On craque pour Little Léon

 

Fanch Le Strat

Posté par Jean Colloch à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mars 2017

Fanch Le Strat dédicace LANESTER et HENNEBONT en 2017

20170320_171444

Posté par Jean Colloch à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2017

Léon Art et Stories à Malestroit

regine_bobee_small

leon_logo

Nancy GUILBERT, Musique   Régine BOBÉE, Cirque   Hélène KÉRILLIS, Jardins

Ces trois livres sont illustrés par Guillaume TRANNOY

Dans ces trois livres, on retrouve Léon, la petite  mascotte de la maison d’édition, Léon dont l’humour et la fraîcheur restent  intacts.   Sur chaque double page figure le détail d’une toile de  maître ainsi qu’une irrésistible illustration enrichie d’un commentaire (en  français et en anglais) tendre, poétique et drôle. Au fil des pages, Léon  s’amuse avec les peintures : tantôt il joue à cache-cache avec les  nénuphars au-dessus desquels passe « Le pont japonais » de Claude  Monet, tantôt il fait des acrobaties équestres sur un cheval de bois pour  imiter les « Cavaliers à nu » de W. H. Brown ou, transformé en  homme-orchestre, il accompagne « Les Trois musiciens » de Picasso.   Agréable nouveauté dans la présentation : le nom  de chaque artiste figure discrètement en regard de l’œuvre présentée.

Dans Musique,  les notes traversent les âges et les pays pour venir jusqu’à nous. Elles enchantent  manifestement les animaux autant que les hommes. Voix, cordes et instruments à  vent distillent des sons dont les rythmes et les nuances varient en fonctions  des ambiances. Léon nous présente ici une estampe sur papier et de belles  partitions écrites à l’huile sur toile, sur bois ou sur panneau.   La première toile présentée (Orphée avec des animaux,  Franz Marc, 1907) est illustrée par Léon jouant de la flûte, accompagné de  rats. En fin d’ouvrage des notes  donnent  des informations sur le joueur de flûte de Hamelin.   Les auteurs donnent aussi des  explications sur Orphée, pourquoi il est entouré d’animaux lorsqu’il joue de la  lyre.

En sortant de l’école, Léon s’aperçoit que le Cirque vient d’arriver. Il file et, comme les deux enfants de la  toile du peintre Robert Easton en 1892, se glisse sous la toile du chapiteau  pour assister à la préparation des artistes et des animaux. Il y découvre une  féérie de couleurs et de mouvements. Il ne manque pas ensuite d’assister à la  représentation.   Les œuvres présentées datent de la seconde partie du XIXe siècle et du  début du XXe siècle, elles sont contemporaines des années de gloire du cirque  traditionnel. Elles offrent une palette variée de chapiteaux et de pistes.  Léon et le lecteur ont des étoiles plein les  yeux. Citation « En t’éloignant du Cirque  dans le jour qui se lève, (…) tu ne sais plus de quel côté de  la grille est le rêve. » Erin Morgenstern, Le Cirque des  Rêves

Les Jardins sont une source  inépuisable de bonheurs : on s’y promène, on les respire, ils nous  nourrissent. Lieu de sérénité ou d’amusement, ils sont tour à tour colorés,  structurés, bucoliques, délicats, enchanteurs, embrumés, poétiques,  rafraichissants, verdoyants… Chaque jardin a quelque chose de magique à offrir  et est à lui seul un petit coin de paradis.   En fin d’ouvrage, des notes donnent un éclairage sur « Le jardin  des délices » de Hiéronymus Bosch, mais aussi sur Versailles, La Malmaison  et Giverny.   De la tapisserie de La Dame à la Licorne à la « Poursuite  haletante » de Rebecca Campbell en passant par « Le Jardin de  pruniers dans Kameido » d’Utagawa Hiroshige, Léon nous propose ici une  magnifique promenade teintée d’humour.

Comme c’est toujours le cas pour cette collection, les  notes en fin d’ouvrage, succinctes et claires, permettent de mettre en évidence  les liens forts qui existent entre les artistes présentés et le thème  général.    Elles présentent aussi un lien avec la littérature via  une citation dans le thème : « La  musique, c’est du bruit qui pense»  Victor  Hugo, Fragments.   Viennent ensuite trois petits jeux faisant appel à  l’imagination et à la création du lecteur.

Voici de très jolis petits livres pour se cultiver en  s’émerveillant et en s’amusant : de très belles reproductions, une  ouverture intéressante et adaptée sur l’art, faisant écho à la littérature et à  la langue.   Le tout écrit en français et en anglais.

Trois albums façon strip de BD, hauts en couleur, pour  développer la sensibilité à l’art et l’observation chez les tout jeunes  lecteurs.   Des livres adapté aux petits mais qui raviront aussi  les grands.

Une magnifique  collection, petite par les dimensions et de grande  qualité.

Cécile De Ram  (06/04/16)    

   
Retour au sommaire Jeunesse
Léon art & stories (Mars 2016) Ouvrages bilingues Format 20 x 15 cm 32 pages - 6,50 €

Découvrir sur notre site d'autres livres parus chez le même éditeur :
La nuit des sirènes
d'après Magritte
Azulie dans la nuit
d'après Marc Chagall
Sous la Grande Vague
d'après Hokusai
Monstres & Nuages Collection Mini Léon
Étoiles, Neige, Fêtes Collection Mini Léon
 
    




Posté par Jean Colloch à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2017

Un crocodile fait du "longe cote" dans les égouts parisiens

UN CROCODILE FAIT DU « LONGE COTE » DANS LES EGOUTS PARISIENS

crocodile-egouts-de-paris1

 

18288185-silhouette-de-l-homme-de-tir-isol-sur-fond-blanc

Quand réalité devient légende.

Il y a quelques années dans les égouts parisiens au niveau du Pont Neuf, c’est tout simplement un crocodile de près d’un mètre qui vivait, tapi dans l’ombre. 

Et pas des moindres puisqu’il s’agissait d’un crocodile du Nil. Personne ne sait comment il a atterri là-bas. Et ce n’est même pas une mauvaise blague de notre ami Fanch Le Strat, le flic lorientais border line.

Ce qui est sûr c’est qu’Eleanore (c’est le nom donné au crocodile) ne traine plus ses pantoufles dans les égouts de Paris. Aujourd’hui, lui et ses congénères ne sont plus avec le dealer Free Style du roman Psychose à Douarnenez !

Il est en lieu sûr à Vannes (56) où il prend du bon temps. Prait qu’il a pris un peu de poids et mesure désormais 3 mètres de long. Sacré tapis de bains pour ceux que ça intéresse…

Et Eleanore n’a pas fini de nous étonner…  Il faut dire que la durée de vie moyenne d’un crocodile est d’environ 100 ans.big_80488-21

Extrait roman PSYCHOSE A DZ Au coin des lèvres, il reconnu le goût métallique du sang qui s’en échappait. La lèvre supérieure était fendue. Il avait pris un très mauvais coup. Il sentait déjà la fine peau se décoller de la chair. Elle gonflait sous le bout de sa langue. Ca pissait le sang mais ce n’était pas ce petit bobo qui le mettait en panique. A présent, autre chose l’inquiétait. Il en grelottait de peur. Une angoisse terrible qui s’accentuait au rythme d’un bruit singulier. Entre les murs d’ossements, un bruit de chaines qu’on traine accompagné d’un sinistre Clap – Clap se rapprochait.

Encore lointain, le bruit métallique venait de la droite. Dans son dos. Le danger vient généralement des arrières. Tentant de garder la tête froide, il oublia le canon froid posé sur la tempe. Il y avait du mouvement venant du fond.  Ca semblait venir de l’endroit opposé où on l’avait traîné. Là bas, dans le cloaque. Il se déboita la tête pour scruter les formes dansantes dans la nuit caverneuse. Quelqu’un avait laissé dans le mur gravées en lettre noires « Ils furent ce que nous sommes. Poussière, jouet du vent. Fragiles comme des hommes. Faibles comme le néant ».

Le canon s’enfonça. L’homme à terre agitait ses mains, patouillant dans le sol boueux. Il lâcha un cri qui s’étouffa dans sa gorge sèche. Le métal creusa une auréole irradiant la veine violette de sa tempe. Clap-Clap. La première phalange de l’index s’était repliée sur la queue de détente. Un froncement de sourcil et le coup de feu partait. La mâchoire crispée sondait désespérément le cloaque. Une forte odeur de poisson pourri s’éleva des eaux stagnantes des égouts. Plusieurs Clap-Clap approchaient au ras du sol tirant des silhouettes debout aux lignes confuses. A leur lenteur, il estima que les formes se muant maladroitement au sol devaient être longues et massives.  Clap- Clap. Quand tu entendras les claps claps, ce sera trop tard…

Lorsque les deux paires d’yeux s’alignèrent à quelques centimètres de sa tête, il pensa que sa dernière heure venait d’arriver. Puis, il se souvint de la comptine que la nounou lui fredonnait quand il était enfant : « Un crocodile, s’en allant en guerre, disait au r’voir à ses petites enfants. Traînant ses pieds dans la poussière, il s’en allait combattr’ les éléphants ». La voix gouailleuse de Free Style aboya dans ses tympans en même temps qu’il releva le canon de son arme.

-          Alors l’artiste, t’en dis quoi ?

 


05 mars 2017

Un flic sur la Costa Brava

20160817_114214 Fanch Le Strat aime le soleil de la Costa Brava.

Entre deux enquêtes criminelles, rien de tel qu'une petite bronzette...  

 

 

20160818_11021220160818_110415

 

Que ce soit à CADAQUES, cet adorable port de pêche où aimait séjourner Dali pour peindre dans sa petite cabane de pêcheur...

 

 

20160817_14125920160817_114629 Ou pour manger une crêpe...Non pas à LORIENT mais à FIGUEIRES, toujours en Catalogne...

 

Posté par Jean Colloch à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 mars 2017

Meurtre à Melrand. Quand la réalité dépasse la fiction...

 

31 janvier 2017 © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/melrand-un-homme-tue-et-decoupe-31-01-2017-11382568.php#PMWOYTJ0y7MlmH7s.99
Actualité vue par Fanch le flic de Lorient

15404159-portrait-de-jeune-homme-avec-arme-a-feu-sur-fond-noir

 

Quand la réalité dépasse la fiction...

L'horreur touche aussi bien les campagnes que les grandes villes. Dans le centre du Morbihan, en plein bourg de campagne, une soirée paisible a dégénéré dans une maison du centre-bourg de Melrand (56).

A l'heure du dessert, l'invité du couple, un homme originaire d'Erdeven, a été tué puis découpé. Les deux Melrandais ont été placés en garde à vue.

photo-alexandre-le-mouel-charles-boulouard-maire-de_3304211_220x330p

 

L'heure du remord a sonné le dimanche soir. La  femme de 35 ans, domiciliée à Melrand, s'est rendue spontanément à la brigade de gendarmerie de Pontivy pour « dénonciation de faits de meurtre ». Un meurtre qu'elle aurait avoué avoir commis avec l'aide de son compagnon, vendredi, au cours d'une soirée alcoolisée qui a dégénéré.  

 

En prison, on apprend à faire connaissance avec un tas de gens. Des potes de cellule, des amis avec qui on partage des petits secrets. Des combines et des futurs plans de voyoux.L' ami du Melrandais, originaire d'Erdeven, dont il s'est lié d'amitié en prison à Ploemeur, au cours d'une peine qu'il a récemment purgée avait été invité à boire le verre de l'amitié. Plus tôt dans la journée, le trio se serait rendu à Vannes pour acheter de la drogue, qu'ils auraient consommée lors de cette funeste soirée.

Coups de couteau mortels

Selon le compagnon, c'est la femme qui aurait porté des coups de couteau, dont l'un d'eux a été mortel. Dans le crime et le mensonge, on se serre les coudes. Dans son audition, Il explique également avoir accepté d'aider sa compagne, du même âge, à démembrer le corps en vue de le brûler dans la cheminée du domicile. Tous les deux s'accusent mutuellement du meurtre de la victime », indique Laureline Peyrefitte, procureure de la République. Quand le bateau coule, les rats veulent quitter le navire !

Ca sent le roussi les gars !

Hier, dans le cadre de leurs investigations, mes collègues gendarmes ont découvert au domicile du couple, « des ossements calcinés dans l'insert de la cheminée, ainsi que le buste d'un homme découpé, dissimulé dans un sac-poubelle retrouvé dans un hangar tout proche du domicile ». Comme à l'habitude dans ce genre d'enquêtes, les gardes à vue ont été prolongées et une autopsie demandée. Histoire d'éclaircir ces faits macabres

La présence de gendarmes dans cette petite commune située entre Lorient et Pontivy, hier, a créé l'émoi. Averti dès dimanche soir, le maire, Charles Boulouard, se dit sous le choc. « C'est une affaire glauque, sur fond d'alcool et de misère sociale. C'est dramatique. Elle bouscule la vie tranquille des Melrandais. On pensait être à l'abri de ce genre d'histoire ». Ben non ! Pas de bol ! La misère sociale est là. Qui dit ennnui, dit alcool, qui dit alcool ouvre les portes à beaucoup d'immaturité et d'irresponsabilités.

20141024_095444

Déjà en galère en 2015

Charles Boulouard fait notamment référence à des faits de violence conjugale réciproques, qui les ont conduits l'un et l'autre devant le tribunal correctionnel de Lorient en novembre 2015. Pas de quoi fouetter un chat !  Deux affaires, là aussi sur fond d'alcool, dont l'une d'elles s'était terminée par des tirs de plomb avec un fusil de chasse. Les concubins avaient été condamnés à des peines de prison ferme. Comme quoi, les faits montent rapidement en escalade et peuvent se terminer tragiquement.

Leur audition, ce mardi, devrait permettre aux enquêteurs de comprendre le mobile du meurtre. Perso, les aveux ne feront ajouter que le sordide à ce qui est cruel et misérable. je connais bien ce genre de gus, la bouteille vide, ils sont capables du pire.  Le lendemain, vous les croisez dans la rue, ils vous proposent une cigarette et vous parlent de la pluie et du beau temps. Les états d'ame sont juste pour les innocents...

Le couple devrait être déféré au tribunal, puis présenté au juge des libertés et de la détention, sans doute en fin d'après-midi.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/melrand-un-homme-tue-et-decoupe-31-01-2017-11382568.php#PMWOYTJ0y7MlmH7s.99

Posté par Jean Colloch à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fanch Le Strat nous parle de la Glacière

 

228497_LCL_C14

1601522_587338451347026_671093141_n

Au port de pêche de Lorient, la glacière est un imposant bloc de béton gris construit en 1920 et qui depuis un peu plus de 20 ans ne sert plus que de château d’eau de mer.  Dans les années 1990, alors que j'étais sur le dossier de l'Ombre Noire, j'y ai traqué Joseph Ubundu. Un diplomate peu scrupuleux qui cachait son réseau de proxénétisme derrière un tissu de sociétés d'import-export. Aujourd'hui le site emblématique est le refuge des goélands. Le ballet incessant des mouettes et autres oiseaux de mer ne pourra pas toujours le sauver de la destruction.

vlcsnap-2015-11-16-11h23m17s50

Quand en 1920, le "frigorifique" comme on l’appelait alors est entré en service, les qualificatifs ne manquaient pas pour vanter les mérites d'un bâtiment à la pointe de la modernité. Un site emblématique qui va permettre au port de pêche de Lorient de devenir le premier port de pêche français.

Mais le temps a passé. Les techniques ont depuis bien évolué et la glacière qui dans les années 70 produisait jusque 70 tonnes de glace chaque jour  a peu à peu vu son activité décliner avant de devenir obsolète.

Aujourd'hui, cet immense bloc de béton ne sert plus que de château d’eau pour distribuer de l’eau de mer purifiée aux mareyeurs  installés sur le site. Mais  à un moment où les gestionnaires du port disent manquer de place pour poursuivre la modernisation du site, la question de sa démolition se pose.

Évaluée à près d’un million d’euros, la destruction n'était pourtant pas encore une priorité il y a encore quelques mois.La Glacière et l'Ombre Noire restent un souvenir ineffacable. J'aime son esprit solitaire, son ambiance mystérieuse les nuits de pleine lune. J'avoue qu'elle me ressemble, énigmatique et parfois revêche. Aujourd'hui, un ennemi plus redoutable a commencé son oeuvre...

La démolition de l’ancienne glacière au port de pêche de Lorient, démarrée début février, se poursuit, avec, ce mardi, une étape spectaculaire. La destruction d’un vieux réservoir d’eau.

Depuis jeudi 2 février, les pelleteuses et cisailles de la Sotrama ont attaqué la démolition des abords de la vieille glacière, au port de pêche de Keroman, à Lorient.

Ce mardi, un vieux réservoir d’eau est tombé à terre après plusieurs heures de grignotage.

Les travaux interviennent après une phase de désamiantage des bâtiments annexes.

Le calendrier

Cet été, selon les prévisions, ce sera au tour des ateliers de mécanique d’être démolis, une fois que leur nouveau bâtiment, en cours de construction près de l’aire de réparation navale, aura été livré.

Dans l’année, ce sera également au tour de ce qu’on appelle l’îlot D (qui abritait le comité des pêches de Lorient-Étel) d’être rasé, en partie, puis entièrement. Là aussi, des opérations de désamiantage ont commencé.

 

lorient-la-vieille-glaciere-de-keroman-detruite-coups-de-pelle

 

Posté par Jean Colloch à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2017

Prochain roman à Malestroit 2017

13457676_584622805053962_2048730892_n Soeur Gwenn au Couvent des Augustines; alliée ou ennemie ?

 

Au menu de Fanch Le Strat  :

Des religieuses - des bikers - des escrocs

Au dessert : encore un cadavre !!!

20170225_153126

Posté par Jean Colloch à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2017

Aurevoir l'ami Michel LOVATY

lovatyportr

lovatylivr1

Michel un homme de coeur, dévoué entièrement aux autres; Un homme de talent  qui laissera un grand vide autour de ses proches. Michel, tu nous laisses bien tristes aujourd'hui et désemparés car tu es partis bien trop vite. Je te rends ce bref hommage car tu n'aimais pas les discours. Pourtant, nous ne pouvons pas ne pas rappeler les grandes lignes de ta Vie. Veille sur tes proches et tes Ami (es).
Michel Lovaty est né le 10 février 1958 . Il exerça divers métiers avant d'entamer, en 1980,  une carrière d'éducateur .
            Auparavant Directeur Complexe Hébergement à Ty An Holl

  • Après avoir dirigé pendant treize ans, en Bretagne où il vivait, un "complexe hébergement" au profit de familles en difficultés, membre de l'Association des Ecrivains Bretons, il se consacrait aux arts et à l'écriture.

    Poésie, roman, essai, chronique, chacun des livres de Michel Lovaty possède son genre particulier  (ouvrages illustrés par l'auteur – photographies, dessins, aquarelles…).

    Son bloghttp: //merianeeditions.blogspot.fr/p/manifestations-litteraires.html

    lovatylivr6

Posté par Jean Colloch à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]